Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 mai 2011 3 18 /05 /mai /2011 08:11

Première nocturne pour le musée Frédéric Dumas

(Par Damien Doignot et le site www.six-fours.net)

C'était une première, le musée Dumas et la Tour Romane ont ouvert samedi soir dans le cadre de la Nuit européenne des musées.nm 1

La Tour Romane a été ouverte samedi jusqu'à 23 heures.

Toutes les villes de France ont ouvert samedi soir leurs musées et à Sanary c'était une grande première.

La Tour Romane et le musée Frédéric Dumas ont accueilli le public jusqu'à 23 H : nm 2

"On voulait s'associer à ce grand rendez-vous, et pour une première, nous sommes très satisfaits, de 18 h à 23 h plus de 120 personnes sont venues dans les deux sites".

Daniel Alsters, président était d'autant plus satisfait, car il a rencontré également un potentiel donateur d'objets de valeurs pour le musée.nm 3À la tour Romane, il y a eu beaucoup de jeunes qui ne connaissaient pas le site" a expliqué Hervé Monjoin trésorier.

Daniel Alsters, Didier George et Hervé Monjoin ont ainsi assuré l'ouverture nocturne avec l'aval de la municipalité jusqu'à 23h.nm 4

L'an prochain l'opération sera renouvelée, avec certainement d'autres idées pour rendre encore plus vivante cette soirée.nm 5

 

Repost 0
Published by lettre-musee-dumas.over-blog.com - dans Actions du Musée
commenter cet article
10 mai 2011 2 10 /05 /mai /2011 13:41

Les premières palmes.

Restons français ! les premières  palmes, ce sont celles mises au point par Louis de Corlieu, un officier de marine, qui a longtemps habité au Brusc.

Sa petite fille Mme Anne de Corlieu Lavau, nous ayant d’ailleurs affirmé avec la vigueur qui la caractérisait, qu’elle y avait procédé aux premiers essais :

  • «  Je suis la Première petite fille palmée ! »Palmes Jojo copie
  •  Pour mon compte arrivant plus tard, je devais débuter avec les palmes triangulaires de marque Champion bleues.  PMF 2

Il existait aussi à la même époque des palmes Propuls vertes dites savonnettes. Certainement, à cause de leur couleur pouvant s'apparenter à celle d'un savon d'une grande marque de l'époque. Leur forme aérodynamique vous procurait un avancement natatoire certain.

Mais elles exigeaient d’être utilisé par des nageurs de haut niveau.

A cet effet elles furent souvent adoptées par les Nageurs sauveteurs.

Celles que l’on voit ci-dessous appartenaient à Un CRS/ MNS, ces gaillards sportifs que l’on voit sur les plages l’été toujours prêts à porter secours aux imprudents touristes.la paire propuls copieSa fille, madame  Béatrice Philippon, me les a confiées pour le musée, il y a fort longtemps, un jour où je présentais notre association, lors des journées de la mer à Carry le Rouêt.

Après ces  Propuls, arrivèrent les Cressi rondine, les jets fins Beuchat…

Actuellement, ces palmes Propuls peuvent être vues dans les vitrines de la salle Maurice Fargues, du Musée Frédéric Dumas.

 

 

Repost 0
Published by lettre-musee-dumas.over-blog.com - dans Histoire des pièces des collections
commenter cet article
5 mai 2011 4 05 /05 /mai /2011 14:14

De jeunes Allemands découvrent le Musée Dumas.

C’est grace à l’heureuse initiative de notre membre et ami Olivier Thomas, conseiller municipal à Sanary, que 23 jeunes étudiants allemands d’Überlingen étaient présents dans la tour Romane et la Salle Maurice Fargues.

Olivier THOMAS au centre. jal 1

Ils venaient ainsi découvrir « Sanary cité Historique de la sous-marine » à travers une visite de notre Musée.

Il s’agit d’un groupe pratiquant l’échange avec le lycée Beaussier et le collège Font de Fillol de Six Fours.jal 2

Accompagnés d’Olivier et de Daniels Alsters président de l’association du musée Frédéric Dumas, ils se sont fait expliquer l’origine des pièces historiques de nos collections qui les ont vivement intéressés.

Bernard Laire, notre photographe attitré ne pouvait manquer d'être présent et de nous livrer les photographies ci-jointes, de cette belle jeunesse. 

Une seconde visite, programmée, elle aussi par Olivier Thomas, est prévue prochainement.

Notre association franchit ainsi, les frontières, dans le calme et sans éclats, mais avec des résultats probants.jal 3

Repost 0
Published by lettre-musee-dumas.over-blog.com - dans Actions du Musée
commenter cet article
30 avril 2011 6 30 /04 /avril /2011 08:04

Ci-dessous le texte de notre ami Damien DOIGNOT, paru sur le site de www.six-fours.net

« Il y avait du beau monde vendredi soir pour le vernissage de l'art bleu à la maison Flotte dont la fille de Frédéric Dumas, Henri Cosquer, le commandant de Cephismer, le commandant de l'école de plongée de Saint Mandrier ainsi que le maire Ferdinand Bernhard et de nombreux élus.

Tout à fait à droite, Jean Brondi, adjoint et Plongeur bien connu. arb 1Daniel Alsters, président du musée Frédéric Dumas présenta cette manifestation: "l'exposition s'articule de trois manières: les bricoleurs de génie, les records de plongée hyperbare et la grotte Cosquer".

Ci dessous Daniel, à droite, aux côtés de Mr  le le maire présente l'Art Bleuarb 5u. Le maire évoqua une phrase de Jean-Michel Cousteau, qui voulait que Sanary soit "la capitale mondiale de la plongée", et souligna les nombreuses activités proposées dans ce sens aux scolaires comme le sentier sous-marin. Il annonça le projet d'acquisition du fort de la Cride. Autre annonce, mais de Daniel Alsters cette fois, à savoir que l'inventaire du musée serait publié le 16 mai après un énorme et fastidieux travail effectué par l'équipe du musée Dumas.

 L'une des filles de Frédéric Dumas, Juliette, souligna son plaisir de voir que les objets de son père étaient entre de bonnes mains.arb 6 L'exposition est à découvrir à la maison Flotte jusqu'au 5 mai, et actuellement plus de 680 personnes y sont déjà venues.

Au premier étage une exposition de photographies de Henri Cosquer, des vues réalisées lors des plongées de reconnaissance des peintures murales de la célèbre grotte dite « Cosquer » du nom de son découvreur. C'est, en 1991 qu'il déclara la grotte située à proximité du cap Morgiou. arb 2-copie-1Et ses clichés nous font revivre son périple et ses fabuleuses découvertes. Exposition artistique et didactique, "elle permet, au sec, de se sentir sur place et de découvrir avec l’auteur les traces de la présence humaine, lorsque la mer était beaucoup plus basse qu’aujourd’hui…et le climat plus rude !" annonce Hervé Monjoin, trésorier du musée.
Au rez-de chaussée, une exposition presentée par le Cephismer, marine nationale. On y découvre Hannes Keller (né en 1934), physicien suisse pionnier de la plongée profonde, inventeur et entrepreneur...La grande innovation de Keller a été sa méthode des changements de gaz.

Exposition sur Hannes Keller (Collection Céphismer Marine nationale)

arb 3-copie-1 Keller s'est ensuite rendu en France pour faire la même démarche auprès de la marine nationale avec l’aide de Jacques Cousteau. Bien que les Français n'aient pas pu financer son travail, ils lui donnèrent accès à la chambre hyperbare du GERS (Groupe d’étude et de recherches sous-marine) de Toulon. Le 6 novembre 1960, il a atteint en simulation dans le caisson de Toulon la profondeur de 250 mètres et, le 25 avril 1961, il battit le record du monde de plongée en atteignant 300 mètres, observé par plusieurs officiers de la marine nationale française et de scientifiques comme Xavier Fructus Jacques Cousteau, Frédéric Dumas et le professeur Barthélemy. D'ailleurs, l'autre grand rendez-vous de l'art bleu sera la venue du docteur Lucien Bartéhemy, médecin du GERS lors du record de plongée d’Hannes, Keller le 29 avril à 17 h.

Concernant les bricoleurs de génie, on pourra admirer le masque, le fusil de Frédéric Dumas, le caisson pour caméra réalisée avec une cocotte pour le commandant Philippe Tailliez, ou encore le boîtier "Tarzan" modifié et adapté avec son appareil "Foca", et le flash "maison" réalisé par Jean-Pierre Durand.

Exposition des pièces du Musée derrière les hublots.

arb 4 La collection de ce bricoleur de génie est entrée depuis quelques mois au musée Dumas.

Enfin, un diaporama des activités du musée depuis 2010 se trouve au rez-de-chaussée sur un écran, le tout réalisé par Bernard Laire. »

Le maire et Daniel reçoivent Mr et mme Durand, de généreux donateurs

arb 7 Ainsi que Mr et Mme Chevalier de l'entreprise SMR, un soutien fidèle et efficace du Musée depuis sa création en 1994.  

arb 9

Daniel présente un scaphandre rare, don de Henri Cosquer.arb 8  De nombreuses personnes visitent chaque jour l'Art Bleu 2011arb 10

Repost 0
Published by lettre-musee-dumas.over-blog.com - dans Actions du Musée
commenter cet article
23 avril 2011 6 23 /04 /avril /2011 10:08

Les dons importants de mr. DURAND.

À l'origine c'est Hervé Monjoin, le secrétaire de l’association, qui, ayant un contact avec mr Julien Gomez-Estienne le conservateur du Musée de Balaguier à  La Seyne, propose avec les services du musée, quelques pièces de nos collections, pour l'exposition qui va s’y tenir et durer un an sur  le thème " Histoires d’épaves… Archéologie et épaves dans la rade de Toulon 1830/1914"

Dans ce dessein, il va me faire intégrer le comité scientifique créé à cet effet.

Je vais y retrouver mon ami, le médecin général Broussole qui était docteur au GERS, alors que je servais dans cet organisme prestigieux.

Je vais rédiger, à la demande d’Hervé Monjoin, les deux pages sur la vie du musée qui seront publiées dans un catalogue de fort belle tenue.

Voir la couverture du catalogue ci-dessous.adur 1

L'adjointe à la culture de La Seyne, Mme Florence Cyrulnic, devant nos connaissances historiques, que j'étale un peu, avouons le pour mettre le musée en valeur, me demande de réaliser une conférence sur l’histoire de la plongée.

Ce que je fais en décembre 2009, en présentant « Le Var, c’est le berceau historique de la sous-marine »

Couverture du diaporama ci-dessous.adur 2

La municipalité de la Seyne m'offre pour cette prestation 125 € qui seront remis au musée.

C'est à cette occasion que je rencontre Mr. Durand qui me propose son matériel et me laisse ses coordonnées, que je vais transmettre plus tard, quand mon ami Daniel Alsters sera enfin notre Président.

Avec l’efficacité et la rapide réaction dont il est coutumier, il prend contact avec Mr. Durand qui va lui remettre un détendeur de sa fabrication sur lequel je reviendrais certainement plus quand j’en connaitrais le mystérieux contenu.

Le détendeur de Mr Durand ci-dessous.adur 3

Il va surtout nous offrir un ensemble photographique Beuchat Tarzan.

Mr Durand remet le matériel à Daniel.adur 4

Comme on peut le voir, c’est une pièce magnifique qui va honorer nos collections.adur 5

Je vous en rappelle l’histoire ci-dessous, qui est paru sur notre blog avec plus de détails le mois dernier :

·       Boiter étanche Tarzan

Ø  Ce boîtier était destiné à la photographie sous-marine dans les années 48/50. Il fut réalisé par mon ami Georges Beuchat à Marseille. Il contenait un appareil-photo Foca, la copie française du célèbre Leica allemand. Beuchat lui donna donc le nom de la marque qu’il avait lancé « Tarzan » en référence à ce film dont la vedette américaine était Johny Weismuller. Tout aurait pu très bien se passer si le producteur américain du célèbre Homme-Singe n’avait fait un procès à Georges Beuchat qui dut abandonner ce titre prometteur. Ceci, car à cette époque tout ce qui venait des USA, avait encore pour nous le parfum de la libération.

Le Tarzan de face avec des détails intéressants.adur 6

Mr Durand va ouvrir le caisson Tarzan pour en expliquer le fonctionnement.adur 7

Le don est complet, car il comporte l’appareil Foca.adur 9

Foca plus boîtier.adur 8

La remise de cet ensemble par un tel bienfaiteur représente  un apport de taille pour les collections du Musée Frédéric Dumas.

On peut voir le plaisir et la satisfaction du président Alsters ci-dessous.adur 10

 

Repost 0
Published by lettre-musee-dumas.over-blog.com - dans Histoire des pièces des collections
commenter cet article
16 avril 2011 6 16 /04 /avril /2011 08:07

Un décès dramatique parmi l’un des nôtres...

Ce matin en ouvrant l’écran de mon ordinateur, je trouve un mail de l’ami Vito Lentini qui m’apprends la disparition, dans des circonstances particulièrement dramatiques de l’un des nôtres, un scaphandrier de la Comex depuis fort longtemps.

Il s'agit de Louis Schneider, un  plongeur de la comex où il avait participé à de nombreuses études et essais sur la plongée profonde.

Voir son portrait ci dessous en 1974, lors des essais de Janus IV.Louis Schneider +

Michel Bourhis, le président du club des anciens de Comex que je joins me signale que ce bien triste évènement fait l’objet de sa part d’un texte sur le site du CACX

Veuillez en trouver ci-dessous le contenu

 

«  Nous avons le regret de vous informer du décès de l’un des nôtres : Louis Schneider.

Hier soir 13 Avril 2011, Louis a subi une agression à la sortie d’un restaurant à DOUALA. Cameroun

Malheureusement, en tentant de se défendre, Louis s’est vu porter des coups de couteau mortels.

Les anciens de Comex présentent à sa famille nos sincères condoléances et s’associent à leur chagrin.

Aussitôt connues les dispositions de ses obsèques, nous vous tiendrons au courant des dates et lieux où nous pourrons rendre un dernier hommage à notre camarade.

Nous pensons aux moments que nous avons partagés et nous pensons surtout à tous ceux que sa disparition laisse dans le désarroi. Qu’ils soient certains de tout notre soutien dans ces moments d’immense chagrin

Amicalement

Michel BOURHIS

Président. »

 

Voir ci-dessous la relation des faits par un journal local.article décès Louis

Repost 0
Published by lettre-musee-dumas.over-blog.com - dans Les pionniers
commenter cet article
13 avril 2011 3 13 /04 /avril /2011 10:34

L’Art Bleu du Musée Frédéric Dumas cette année…

Cette année notre association vous invite à visiter l’Art Bleu, cette manifestation annuelle qui se déroulera du samedi 23 Avril au jeudi 5 mai, sur le port, à la maison Flotte.arb 1

Ouverture tous les jours de 10 h à 12 H et de 15 H à 19 H. Entrée libre.

Comme à chaque fois, vous allez y découvrir, sur trois thèmes différents, un aspect très particulier, à travers des images exposées sur la photographie et le film relatif à la technique et à l’histoire.

1.     La grotte Cosquer.

Tout d’abord, une large exposition des photographies de la grotte préhistorique découverte par un plongeur professionnel cassidain Henri Cosquer. C’est lui qui est déjà venu faire profiter au cours de conférences, des classes du collège de la Guicharde sur sa célèbre découverte.arb 2

Alors qu’il explorait les fonds, il ne s’attendait pas à trouver un tel trésor lorsque ses yeux se sont ouverts au fond de cette cavité dont l’entrée se trouvait à 36 M sous la surface. Ce qui est dû à la remontée de la mer depuis cette époque. La grotte, elle se trouve en grande partie au sec, offrant la vision de nombreux et multiples dessins réalisés de la main des hommes, nos très lointains ancêtres.arb 3

Il en fit la déclaration en 1991. Apparaissent des peintures de mains, d’animaux tels que bouquetins, chamois, chevaux. Sans oublier la faune marine avec des phoques et des pingouins.

2.     La technique de la plongée profonde en 1960 présentée par le Céphismer de la Marine Nationale.

Des clichés des images, des reportages vont vous rappeler l’aventure d’Hannes Keller, physicien suisse et mathématicien.arb 4

C’est lui qui permit l’exécution d’une plongée fictive dans le caisson du GERS, le 6 Novembre 1960, à 250 M utilisant des mélanges gazeux et le calcul des paliers de décompression sur ordinateur. Il réédita cette immersion le 25 avril 1961 en atteignant la profondeur de 300 M.

Ce sont ces journées intenses qui seront décrites par une large exposition photographique de clichés fournis par le Cephismer.

3.     Exposition Frédéric Dumas.arb 5

Ce grand pionnier sanaryen se devait d’être honoré, quand on sait qu’il fut celui qui atteignit la profondeur de 92 M au cours des premiers essais du Scaphandre autonome du Cdt Cousteau. Le matériel qui lui a servi à cette occasion sera exposé, masque, ceinture de plombs quelques-uns de ses ouvrages.arb 6

4.     Conjointement figureront aussi des pièces nouvelles de nos collections qui nous ont été offertes cette année.arb 8

  

arb 7

Repost 0
Published by lettre-musee-dumas.over-blog.com - dans Actions du Musée
commenter cet article
6 avril 2011 3 06 /04 /avril /2011 13:51

Les Lingots d’Orichalque de Frédéric DUMAS.

Pendant des années, je sillonne les fonds marins entourant les Embiez, le Rouveau et les Magnons, jusqu’à la balise située à l’extrême-ouest. J’y fais de nombreuses découvertes, que je déclare auprès de Mr Sercio, garde maritime à Bandol, conformément à la loi sur les épaves. Et j’obtiens, chaque année, des autorisations  temporaires de prospections sous-marines du Ministère de la culture représenté en l’occurrence par le DRASM à Marseille. C'est-à-dire le Département des Recherches Archéologiques sous marines.

En 1995, Melle Hélène Bernard Ingénieur d’études au sein de cet organisme vient plonger sur un site de tessons sur les récifs des Magnons. Elle me fait savoir que proche de la Balise, un gisement de lingots de plombs et de tiges d’orichalque avait été découvert par Frédéric DUMAS, en 1962. Mais que l’on en avait perdu la trace.orc 1

Ce grand pionnier en avait fait état dans l’un de ses livres « 30 Siècles sous la mer ».

Melle Bernard me demande si, incidemment, je peux reprendre ces recherches.

Je connaissais bien Frédéric DUMAS, alors qu’en 1954/1957, plongeur au GERS, dont il faisait partie, j’effectuai mes devoirs militaires. J’ai souvent été à ses côtés lors de plongées et de missions diverses.

N’oublions pas aussi, qu’il fut l’un des pionniers de l’archéologie subaquatique moderne.

Et, me parler de l’Orichalque, décrit par Platon dans le Critias au sujet de l’Atlantide comme « le métal le plus précieux après l’or… » Il y a de quoi motiver un plongeur.

Je fais état de cette demande auprès de mon ami Pierre Yves LE BIGOT, dit PYLB, président du Musée Frédéric DUMAS, qui lui aussi l’avait bien connu. Il détient d’ailleurs quelques copies de ses documents.orc 2

Alors, cherchant dans ses archives, Pierre-Yves retrouve et me remet la copie d’un plan que Frédéric DUMAS avait dessiné lors de la découverte de ces lingots.

Il ne me reste plus qu’à reprendre sur cette zone mes plongées de prospection, doutant cependant du résultat, tellement les sites archéologiques voisins avaient été pillés.orc 3

Pendant les mois d’avril et mai, nous nous rendons, avec PYLB, à plusieurs reprises sur le point indiqué. Mais mauvais temps, houle, faible visibilité, ne nous permettent pas de retrouver le gisement.orc 4

Cependant, le samedi 1er juin 1996, j’embarque sur le « Manon » catamaran du club de plongée Ghost-Sea au Brusc. Ce club appartient à mon ami Didier Burnier (dit Didou) lui-même prospecteur qui a, à son palmarès, la découverte de l’épave de Verres.

Par très beau temps, mer calme et peu de courant, ce qui est rare à cet endroit, il me largue au nord de la balise des Magnons, dans une eau cristalline.orc 5

Au bout de dix minutes de plongée par – 12 mètres de fond, je tombe sur le gisement à l’endroit précis indiqué par DUMAS. Quand je dis gisement, j’extrapole, car, en fait, les différents pilleurs passés avant moi m’ont seulement laissé un lingot de plomb et une tige d’orichalque.

Mais je m’estime satisfait avec ces deux exemplaires. Faisant une exploration circulaire autour de ces pièces, je ne trouve rien de plus significatif.

Vu le risque encouru par la possibilité d’un dernier prélèvement illicite, je remonte le lingot de plomb et la tige d’Orichalque.orc 6

Je remets ces deux pièces à Didier Martina Fieschi, archéologue patenté, responsable du service du Patrimoine en Mairie de Sanary. Elles seront transmises au DRASM, par la suite.

En fait, et tel que le décrit  DUMAS dans son livre. Il s’agit de lingots de plombs « grossiers, de formes mal définis semblants coulés dans une cavité creusée à même le sol… avec des inscriptions courtes en grandes lettres où signes… des triangles, des ronds, des potences... » Plus loin il cite « …s’agit-il d’une de ces langues préhelléniques des peuples de la mer ».

Les archéologues du DRASM parleront du grec archaïque.orc 7

Quant aux lingots d’orichalque, il s’agit d’une petite barre ressemblant à du cuivre. Frédéric DUMAS fera procéder à des analyses « soixante-dix pour cent de zinc, vingt et un de cuivre, pas de plomb, nickel ou étain… composition donnée dans le grand Larousse pour le laiton antique… » Et il termine « certains pensent que le mystérieux orichalque n’était autre que ce laiton… »

Je n’ai pas découvert un navire Atlante en baie de Sanary, mais il est toujours permis de rêver…

 

Repost 0
Published by lettre-musee-dumas.over-blog.com - dans Sites et lieux historiques
commenter cet article
23 mars 2011 3 23 /03 /mars /2011 07:50

Du Focascaph à l’Aquaphot…Du Royal Mistral au Souplair… ?

« Mesdames et Messieurs, nous vous prions d’attacher vos ceintures, nous allons atterrir dans quelques minutes à l’aéroport de Campo del Oro… » La sensuelle voix de l’hôtesse du Breguet deux ponts continue à nous énumérer la température, vitesse du vent…tout ce qui m’attend sur cette Île de Corse que j’ai la joie de revoir en cette année 1958.fcs 1

Je me suis installé dès le décollage de Marignane dans un fauteuil de hublot sur le côté gauche de l’appareil.

Je vois donc défiler sur bâbord, les îles Sanguinaires et la côte nord du golfe d’Ajaccio.

Un bruit brutal, le train d’atterrissage vient de sortir, le régime des moteurs diminue pour reprendre dans un long hurlement lors de la reverse destiné à freiner le volumineux aéroplane.

Quand j’arrive à la porte, le vent soufflant dans le bon sens éloigne les odeurs de carburant et apport à mon odorat délicat, cette odeur et ces fragrances du maquis corse dont Napoléon disait que l’on arrivait à le percevoir jusqu’à vingt mille au large.

Je retrouve donc la Corse que j’avais connue en 1952, alors que je participais à un camp des Éclaireurs de France, ce mouvement de scoutisme laïque auquel j’appartenais.

Mais que suis-je venu faire à Kalliste ( la plus belle disait ainsi les Grecs)

Revenons au titre de ce texte destiné à faire revivre l’histoire d’un matériel de plongée de ces années lointaines. Il y a trois heures, j’étais chez mon ami Georges BEUCHAT, rue Jean Mermoz à Marseille où, aux côtés de son associé Malaval, il venait de me vendre un caisson Focascaph destiné à un appareil 24 X 36 Foca, le tout monté sur un flash Rebikoff.

Ceci car, jeune entrepreneur au sein de l’entreprise SUBA, créée avec mes amis Bernard Cabrejas et Georges Imbert, je venais de décrocher une commande de reconnaissance de fonds marins. Ces travaux étaient destinés au dossier que venait de mettre en place la société Leredu pour exécuter la pose d’un émissaire en mer pour un ensemble d’immeubles d’Ajaccio, le Parc Berthaud. Ce fut, entre cette première prospection et les travaux auxquels je participais par la suite, une belle aventure. C’est une autre tranche d’histoire que je raconterais une autre fois. Revenons en au Focascaph.

Georges Beuchat, chasseur sous marin, possédait une entreprise de fabrication de matériel de plongée. Amoureux d’un monde sous-marin tout neuf, comme nous l’étions tous à l’époque, il entendait le faire partager et avait dans ce dessein mis au point un caisson pour l’appareil FOCA, ce 24 x 36 concurrent français du Leica allemand.fcs 3

Il commercialisait donc, à cet effet, le boîtier Tarzan. Il avait choisi pour personnaliser sa marque le nom de ce héros  de la jungle africaine. Nous étions tous férus des aventures de Johny Weissmuller, de sa compagne Jane, de sa guenon Cheeta. Sans oublier les  éléphants qu’il faisait intervenir, sautant et bondissant de lianes en arbres,  surtout en poussant un hurlement symptomatique qui ravissait nos oreilles adolescentes. Ce, alors qu’il se trouvait lui et surtout sa frêle et voluptueuse compagne en passe de se faire occire ou dévorer par des tribus africaines qui avaient toujours ce mauvais rôle dans la distribution du film.

Le caisson Tarzan eut un succès certain mais très court. En grande partie parce que la société de production américaine des films sur « Tarzan le seigneur de la jungle », la Métro Godwin Mayer fit un procès à mon ami Georges BEUCHAT qui dû abandonner ainsi cette marque célèbre. Là aussi c’est une autre histoire dont je parlerais peut-être un jour. Je m’éloigne…fcs 2

Devant cet adversité condamnant son premier appareil, Georges Beuchat perfectionne son idée et va créer le premier caisson de photographie subaquatique moderne, le Focascaph. 

Il reprend le concept du précédent Tarzan, mais avec d’importantes améliorations, surtout dans les commandes dont l’étanchéité est maintenant assurée par des joints thoriques. Si le tarzan était uniformément de couleur noire, le Focascaph lui est livré en différentes teintes métallisées du gris au jaune en passant par le bleu.fcs 4

Ce matériel va avoir du succès. Vendu par BEUCHAT, il va être aussi commercialisé par la Spirotechnique où Robert Diot va l’acquérir pour réaliser les premières cartes postales sous marines (Imprimerie SIRRA à Sanary, sur une commande de Paul Dubois le créateur du Masque Squale ) Il sera détrôné, en 1962 par le Calypsophot de la Spiro dont on connaît le succès. J’en parlerai un jour situant mes débuts lors d’un stage au CIP Bendor (une création de la spiro) avec Ludwig Silner

Mais, pour quelles raisons Georges BEUCHAT a-t-il accepté de faire mettre sur le marché son Focascaph par une entreprise concurrente ?fcs 5

Entre temps la Spiro vient de mettre en service son détendeur Mistral en 1955 et surtout par la suite le Royal Mistral de mon ami Raymond DELOIRE.

A la suite de quoi BEUCHAT commercialise à ce moment-là, le détendeur Souplair, une copie du Royal Mistral.fcs 6

 Interrogeant des anciens, il m’a été dit que Mr Pierre MARI, le directeur de la Spirotecnique s’entendait très bien avec Georges BEUCHAT, développant ainsi entre eux d’excellentes relations, sur un marché naissant, peu important mais qui n’allait pas tarder à le devenir.

Et qu’ainsi il y aurait eu un accord tacite, à l’amiable, permettant un échange de technicité sur des bases commerciales qui se révéleront fructueuses pour ces deux entreprises. Ce qui leur conservera aussi le leader-ship devant d’autres marques naissantes qui désirent elles aussi avoir une place au soleil du Monde du silence.

Je n’ai pas pu vérifier la véracité des faits évoqués ci-dessus. Mais l’histoire est belle de ces deux chefs d’entreprise, véritables pionniers, qui ont créé et fait progresser un matériel dont certains éléments sont encore dans nos sacs de plongée.

Je les ai bien connu. Ils étaient tous deux d’une intelligence élevée et d’un caractère agréable, privilégiant une entente cordiale plutôt que ces guerres commerciales à outrance, nuisibles pour tous et dont nous avons actuellement trop souvent des exemples déplorables.fcs 7

L'une des cartes postales,  réalisée par Robert Diot rn 1957, avec un Focascaph, inventé par Georges Beuchat, acheté à la Spirotechnique, Imprimée par SIRRA à Sanary sur une commande de Paul Dubois (inventeur du masque Squale à Sanary porté par le plongeur)

 

 

 

Repost 0
Published by lettre-musee-dumas.over-blog.com - dans Histoire des pièces des collections
commenter cet article
19 mars 2011 6 19 /03 /mars /2011 08:06

PrésidentLe procès verbal de l’Assemblée générale ayant été approuvé lors du dernier Conseil d’administration, vous trouverez ci-dessous le rapport moral du Président Daniel Alsters. Très détaillé, ce texte va vous permettre de connaître la vie et les actions de l’Association du Musée Frédéric DUMAS, pendant l’année 2010, qui fut très chargée comme vous pourrez le constater.

 

 

Rapport moral du Président Daniel Alsters pour l’année 2010

 

Mesdames et Messieurs, chers amis,

Il y a tout juste un an, vous m’avez accordé votre confiance pour remettre en route l’Association du Musée Frédéric Dumas.

Elle en avait bien besoin, laissée totalement à l’abandon, à tel point que nombres d’anciens adhérents nous demandaient si nous existions encore.

Je ne cherche pas à faire un procès quelconque, mais à vous rappeler l’importance du défi qui m’était ainsi lancé.

Tout d’abord essayer de faire revenir parmi nous les 150 adhérents de l’année 2006 qui avaient disparu aux trois quarts.

Ce n’est pas encore fait, mais nous remontons la pente avec à ce jour une centaine d’adhérents anciens et nouveaux.

Revenons cependant au 23 janvier 2010. C’est ce jour-là que tout a démarré. C’était ma première assemblée générale, qui fut un succès.

Effectivement, le fondateur du Musée, Gérard Loridon avait demandé à son ami Albert Falco, Bebert le Commandant de la Calypso, d’être des nôtres. Reportant son voyage à la Martinique d’une semaine ce pionnier nous a repondu que « pour Frédéric Dumas, il serait là ».

Nous avons eu une belle soirée avec plus de 120 participants.

À cette Assemblée générale, nous avons élu un nouveau Conseil d’administration  qui lui-même m’a confié la présidence.

Aujourd’hui, je suis là pour vous rendre des comptes sur la mission qui m’a ainsi été confiée.

Je ne vais pas entrer dans les détails, mais quand même vous faire part de mon état d’esprit sur tous nos grands moments, qui sont nombreux comme vous allez pouvoir le constater.

Il a fallu tout d’abord recréer l’Art Bleu notre manifestation annuelle disparue depuis deux ans. C’est ainsi qu’en mars le Musée ouvrait à nouveau notre Salon des Arts appliqués du sous-marin.

Le mois suivant, un évènement important est à noter. Grâce à notre administrateur et ami André Védrines, j’ai été reçu par le président de la Fédération française d’études et de sous-marins, monsieur Jean Louis Blanchard. Un excellent contact qui s’est traduit par son adhésion et notre passage dans le magazine Subaqua.

J’ai relié ainsi des liens, qui avaient été abandonnés avec cet organisme national qui ne compte pas moins de 150 000 membres plongeurs.

Ceci pour confirmer et affirmer la présence du Musée au sein du monde de la plongée sous-marine.

En juin, alors que tous se retrouvaient pour le centenaire de la naissance du Cdt Cousteau, la municipalité nous a demandé notre concours. Nous l’avons largement rempli, entre autres par une belle exposition de nos collections à l’Espace St-Nazaire.

Le mois de juin sera en plus un mois particulier, car il va voir à nouveau reparaître la Lettre du Musée Dumas qui, elle aussi, était dans les limbes.

Malgré l’aide efficace de la municipalité, il ne nous était pas possible financièrement de la faire distribuer selon l’ancienne formule. Gérard Loridon qui l’avait créée, en 1995 et en avait été le rédacteur, nous proposa alors de la faire paraître sous forme de blog. Ce que j’ai bien volontiers accepté connaissant son dynamisme et son imagination. Et je suis satisfait du résultat comme vous allez le voir. Effectivement, nous n’avons pas eu à le regretter, notre « Lettre-musée-dumas.over-blog.com » parue le 5 juin 2010 a eu ses 43 parutions visitées 2170 fois.

Pendant l’été, des étudiants fournis par la mairie ont permis l’ouverture de la Tour Romane et de la salle Maurice Fargues pendant toute la durée des vacances scolaires. Les visites ont été nombreuses.

Notre activité a repris en septembre où, pour les journées du Patrimoine, nous avons inauguré la possibilité d’un cycle de conférences comme le pratique de nombreuses associations.

Pour ce début, Gérard Loridon, nous a présenté son ami Patrick Mouton. Un plongeur et écrivain qui a tenu une salle comble, en haleine, pendant une heure, avec le « Mystère du Grand-Saint-Antoine».

La semaine suivante, nous participions au Forum des associations avec un stand de pièces anciennes attirant les curieux. Ce qui nous a apporté quelques adhésions.

Le mois d’octobre à son tour fut assez riche car :

-        La tourelle Comex a été remise en sécurité par les services municipaux. Sa peinture devrait être refaite prochainement.

-        Mr Krotoff nous a fait des dons importants dont une paire de palmes Douglass et un ensemble photographique neuf Ondiphot.

-        Nous avons accueilli mon ami Bernard Laire, un plus, important pour le musée, car Photographe professionnel, il s’est mis bénévolement à notre disposition. Il va mettre en place une banque de données des images du Musée, anciennes et nouvelles.

Enfin et surtout nous avons été présents sur un stand au Salon de l’image sous-marine international à Marseille. Je souligne le fait que le dit Stand nous était offert gratuitement par notre ami Daniel Mercier, geste qu’il à renouvelé chaque année pour le musée. Ce qui m’a permis de faire connaître notre renouveau dynamique à de nombreuses personnalités présentes.

À cette occasion, j’ai pu inviter et faire découvrir nos collections à Leslie Leaney président de HDS/USA accompagné de son épouse Gill et de Bryan Spence qui possède un musée important en Californie.

Le 4 novembre, invité par la municipalité, j’ai assisté au baptême du groupe scolaire Jean Michel COUSTEAU en présence de ce dernier. J’en ai profité pour faire sa connaissance et échanger des propos chaleureux avec celui qui est notre Président d’honneur.

Début décembre, pilotés par Gérard Loridon, nous avons reçu les représentants du Conseil d’Administration de l’association six fournaise VLC (Voyages et loisirs culturels 1000 membres) en vue de la mise en place d’une journée de visite en 2011.

Le clou de notre année 2010 dont je vais faire état maintenant c’est notre présence au salon de la plongée de Paris, la plus grande manifestation du sous-marin en France.

L’un de nos administrateurs Georges Koskas, un pionnier de la plongée professionnelle, se trouve être aussi Président de l’association pour l’Histoire du développement Subaquatique en France. C'est-à-dire HDSF  qui est relié au réseau international des HDS dont j’ai reçu le président américain ainsi que cité précédemment.

Il nous a invité à partager leur stand. Nous avons participé par un apport de matériel correspondant au thème présenté « Les années cinématographiques du commandant Cousteau »

La municipalité de « Sanary cité historique de la plongée » était représentée par Madame Augier-Bompan, notre adjointe au tourisme et surtout notre représentante amicale et efficace au sein du conseil municipal.

Le président d’HDSF et ses membres présents nous ont reçus comme des invités et surtout comme des amis. J’ai pu rencontrer des sponsors pour des actions futures.

C’est ainsi que le Musée Frédéric Dumas a été découvert par nombre des 53 000 visiteurs de ce salon.

Au vu de l’intérêt que nous présentons avec HDSF, Madame Hélène de Tayrac, gestionnaire du salon, a prévu pour 2012 un stand unique sur l’histoire de la plongée où d’autres associations historiques, dont le CACX, seront présentes.

L’année 2011 s’annonce très bien avec des projets en cours nombreux.

Je me dois à cet effet de signaler l’effort de la municipalité du Dr Ferdinand Bernhard et l’aide très efficace qu’il nous apporte.

Il faut dire que lui aussi vient d’être pris par le virus de la sous-marine qu’il pratique maintenant couramment.

Voilà, Mesdames et Messieurs, mes amis, comment le musée est à nouveau sur les rails se déplaçant à grande vitesse vers de nouveaux projets.

Je vous remercie de m’avoir écouté…

 

Le Président…Daniel Alsters

Repost 0
Published by lettre-musee-dumas.over-blog.com - dans Vie du Musée
commenter cet article

Musée Frédéric Dumas

  • : Le blog de histoire-plongée.over-blog.com
  • Le blog de histoire-plongée.over-blog.com
  • : Édition et publication de "La Lettre de l'Association du Musée Frédéric DUMAS"
  • Contact

Profil

  • Le lettre du Musée Dumas
  • Cette Lettre du Musée Frédéric DUMAS prend la suite de celle éditée, la première fois, imprimée, en 1995.
Elle va vous tenir au courant des activités de notre association.
  • Cette Lettre du Musée Frédéric DUMAS prend la suite de celle éditée, la première fois, imprimée, en 1995. Elle va vous tenir au courant des activités de notre association.

Recherche