Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 juin 2010 3 23 /06 /juin /2010 16:19

 



PLONGEUR.COM

Le site Plongeur.Com vient de nous offrir un Mag virtuel de haut niveau.

Il compte déjà deux parutions.

L'une dédiée à notre grand ami, membre d'honneur du Musée, Bébert Falco.

Á tout seigneur, tout honneur il est présent sur le n°1 en Page de couv'.

 pcom-mag-001 

Le n°2 est consacré à Luc Vanrell qui a découvert l'avion de St Saint-Exupéry.

pcom-mag-002

Il vous est donc possible de lire ce nouveau Mag en le téléchargeant sur :

http://www.plongeur.com/magazine/telechargement/

On notera dans l'équipe éditoriale :

Fabrice Charleux. Directeur de la Publication

Francis Le Guen. Rédaction.

Vous noterez dans le n° 2, page 53, l'article qui m'est consacré par Francis le Guen sur une plongée ancienne, alors que j'étais au GERS, sur l'épave de l'Artésien.

Ce texte à ceci de particulier que je fais état du matériel de l'époque en songeant au futur...

Certaines pièces du dit matériel figurent dans les collections du Musée.

Par exemple :

- Le tri bouteille acier

- Le détendeur CG 45

- La bouée Dumas

Bonne lecture à tous.

Repost 0
Published by lettre-musee-dumas.over-blog.com - dans livres et parutions
commenter cet article
22 juin 2010 2 22 /06 /juin /2010 14:07

 

A Sanary s/mer (Var) Portissol, un site sous marin historique...

Carte Mousquemers et Pionniers blog 

Portissol fut reconnu très tôt un lieu chargé d'histoire par Barthélémy RODGER, l'historien local de Sanary.

C'est avec lui que j'ai fondé le musée Dumas en 1994 (Lire à cet effet "L'histoire du Musée Frédéric Dumas" paru aux Éditions des Presses du Midi à Toulon)

Portissol Dumas AQ 

Monsieur Rodger avait déjà pressenti que ce quartier deviendrait un lieu mythique dans le contexte de "Sanary cité historique de la Plongée sous marine" puisqu'il avait obtenu que la municipalité baptise l'espace situé au dessus de la plage "Esplanade Frédéric DUMAS". placeFD AQ

Il n'ignorait pas non plus tous les travaux archéologiques terrestres effectués par F.Dumas.(Ci contre)

Henri Ribot et Didier Martina-Fieschi mirent à jour, une construction immergée, un bassin de lavage.... Ce site fut retrouvé grâce à des plans remis par la famille Dumas à Pierre Yves Le Bigot, Président à l'époque. Je participais d'ailleurs à ces fouilles avec des plongeurs sanaryens.

Le tout est toujours en place, mais enfouie sous le sable de la plage.

Cependant le plus significatif reste la matte de Portissol dont je vais faire état ci dessous.

La matte de Portissol :

Ainsi donc la matte de Portissol, à Sanary, se révèlerait être un site historique.

Tous les plongeurs et chasseurs sous marins locaux connaissent cette remontée au centre de la plage. Une matte couverte de posidonies.

Sa particularité, elle affleure presque la surface. Par beau temps et mer calme il est possible de se tenir debout sur sa partie la plus élevée, avec de l'eau jusqu'aux genoux.

Elle est aussi partagée en deux par une faille située parallèlement, résultat d'un écroulement du à des tempêtes et à l'érosion de son pied.

Dans cette faille...

Revenons en à la partie historique.

Ainsi que je le relate dans mon livre "Plongées au GERS1954/57" je me suis retrouvé aux côtés de Monsieur Dumas pour effectuer une mission à Toulouse.

Didi blog 

Comme je l'écrit, nous avions pris sa célèbre 4 CV renault, ce qui me permis, tout au long du parcours de questionner ce pionnier sur ses exploits en tant que chasseur sous marin dans ses débuts. C'est là qu'il me parla de la matte de Portissol :

" Lorsque j'ai débuté, du poisson, il y en avait partout. Habitant Portissol, je n'avais pas loin à aller. Par exemple il y avait des dalles profondes tout le long de la côte jusqu'à la Cride. Et dessous des ragues de sars. Mais le meilleur endroit, c'était la matte avec sa faille juste devant la plage. Je savais pouvoir y tirer un loup de belle taille à chaque sortie...Je suis sur que si u y retourne tu pourra en faire autant..."

J'ai toujours écouté les avis éclairés des anciens.

Je quittais le GERS en 1957, sans oublier pour autant ce sage conseil de Frédéric Dumas.

Le temps passe et un beau jour d'été, j'apprends qu'il est possible de troquer la lourde flèche de mon arbalète Beuchat contre une nouveauté "la flèche tahitienne"

En fait c'était la même, seul le diamètre et la longueur changeaient. De 10 m/m nous passions à 6m / m. Cette idée nous avait été rapportée par "Les 4 du Moana" qui venaient de terminer leur "Tour du Monde de la chasse sous marine"

Il se passe que je les connaissait très bien, car leur bateau le Moana, était amarré au port de Sanary racheté par mon ami Paul Dubois, l'homme du Masque Squale.arbalète Portissol

Ayant donc changé mon type de flèche, je me dis qu'il va falloir l'essayer. Nous étions en Juillet, ou en aout, je ne me souviens pas bien du mois. Mais c'était la pleine saison d'été. Et d'un seul coup, un flash le conseil de Frédéric Dumas, la matte de portissol, il doit bien y avoir encore du poisson. Nous sommes dans les années soixante, les fonds marins n'ont pas atteint la désertification actuellement en cours.

Il est 10 heures du matin, il n'y a pas encore trop de baigneurs. Je me mets à l'eau, au plongeoir, sous l'œil bienveillant du CRS sauveteur de la plage, mon ami Joé Brun.

Arrêtons nous un instant, Joe Brun, c'est un atlèthe, un balaise comme on dit ici, ou un "Che de Gonz" aussi. C'est surtout un boxeur qui à combattu Marcel Cerdan. Enfin un brave type, toujours prêt à se jeter dans les vagues, les jours de mistral pour aller sauver le touriste imprudent.

Comme vous pouvez le constater, Portissol, c'est quand même une sacrée page d'histoire

Mais revenons à mes essais. Je suis à l'eau, en néoprène, je nage doucement vers la matte. J'y arrive sans bruit sur le haut, allongé de bras tendu avec au bout l'arbalète, et je passe la tête au bord. Frédéric Dumas, quel chasseur sous marin ! Car je vois sortir de la faille, montant vers moi, curieux comme l'est toujours ce poisson, un loup magnifique.

chasse matte 2 

Il vient droit vers la pointe de la flèche. Je vise calmement entre ses deux yeux jaunes en boutons de bottine.

La flèche part, le loup aussi, mais pas assez rapidement car je le perce, juste derrière la tête. Un sacré joli coup, quelle précision ce nouvel outil.

Á la pesée ce poisson affichera dans les trois kilos. Il sera grillé dans le jardin d'un ami abondamment garni d'herbes et de fines tranches d'oignons, arrosé d'un mélange savant de vin blanc, de muscat, d'huile d'olive...Bref la recette classique. Attention pas celle du célèbre Loup au fenouil des restaurants à touristes où en fait on arrose le poisson avec du pastis.

Non, soyon sérieux, le jaunet c'est pour l'apéro, par pour dénaturer cette chair délicate.

Je ne suis jamais retourner sur la matte de Portissol, mais j'ai entendu dire par d'autres chasseurs sous marins que dans la faille on peut encore y tirer un loup de temps en temps.

Cet endroit il faudrait le dédier à Monsieur Dumas, comme nous les jeunes plongeurs du GERS nous l'appelions, avec respect et admiration.

 

Repost 0
Published by lettre-musee-dumas.over-blog.com - dans Sites et lieux historiques
commenter cet article
19 juin 2010 6 19 /06 /juin /2010 09:10

 

André VEDRINES, un Pionnier de la FFESSM.

 

André VEDRINES naît le 29 Août 1928, à Frontignan, département de l’Hérault. « gosse des étangs » il est, très tôt, attiré par ce qui se passe sous la surface et commence à plonger, vers 7 ans, utilisant une paire de lunettes de calfat bricolée par un pêcheur. Il y prend goût et se livre à la pêche sous-marine pendant la guerre avec un Fusido, l’un des premiers fusils sous-marins.

Dans le Gave de PAU, il pêche…. des saumons et peut faire la fête en cette période de restrictions alimentaires.

Son premier permis de pêche sous marine, délivré par l’Inscription Maritime de Sète, date de 1952 et porte le N° 105.

Véritable pionnier de la plongée, il est aussi, dans les premiers à avoir utilisé, en 1948, la toute dernière invention de l’époque : le scaphandre autonome COUSTEAU Gagnan.

C’est une révélation qui va lui permettre d’avoir une carrière passionnante. Dans les années cinquante, pendant son incorporation dans l’armée française, en Tunisie, il fait ses premières découvertes archéologiques « des amphores à la pelle… » se rappelle-t-il.

Il va continuer son périple subaquatique, de l’autre côté de la planète, en nouvelle Calédonie ou, il vient d’être nommé chef des Économats de la Compagnie du NICKEL. Scaphandre sur le dos, il va découvrir les magnifiques paysages sous marins de l’Océan Pacifique… et aussi sa faune prodigieuse, quand quittant la bouteille, il retourne à sa première passion la chasse s / m.

Ce qui lui permettait d’épater chaque ministre de passage sur le « caillou » en lui ressortant des prises de grandes tailles… loches,. carangues, à la pointe de la flèche.

Pendant ce séjour dans les mers du sud, découvreur aussi de la bijouterie ichtyologique, il va mettre au point la dent de requin en pendentif, que l’on retrouvera en milliers d’exemplaires sur les torses bronzés de retour du club Med. Il ne profite pas de cette invention qui sera commercialisée par un commerçant de Tahiti, qui avait aperçu cette nouveauté sur ces nobles poitrines.

André rentre en France, reprendre un négoce du vin que tenait son père à Toulouse. Il est réclamé par les premiers organismes diffusant la plongée commerciale, Club Med, et Touring Club de France ; il refuse ces postes prestigieux et gratifiant sur le plan financier pour « rester avec ses copains du club subaquatique toulousain. »

Fidèle de la vie associative, il va devenir en 1956, vice-président de ce club important et entre ainsi au Comité Languedoc-Roussillon de la toute nouvelle FFESSM (fédération française d’études et de Sports sous marins) qui vient de se créer à Marseille. Il va s’y faire un grand ami : François CLOUZOT, créateur de la revue fédérale : « Études et Sports sous marins »Védrines 1956 blog

Il collabore à cette publication. Il est élu vice-président de la FFESSM en 1962. Dynamique, travailleur acharné, dévoué à la cause fédérale, il gagne la confiance de Jacques DUMAS, le Président, qui lui confie de plus en plus de responsabilités.

Devant le développement sans cesse grandissant de la Fédération, il est mis en place un poste de Directeur permanent.

Sollicité pour cette fonction, il hésite à quitter Toulouse pour un salaire nettement inférieur. C’est sa femme qui, connaissant sa passion, le presse d’accepter et c’est ainsi qu’il prend, à bras-le-corps la destinée de la FFESSM, qui s’en trouvera bien.

Il va structurer cet organisme prestigieux en lui donnant une vocation internationale, participant totalement à la création de la Confédération Mondiale des activités subaquatiques dite CMAS.

Il sera aussi celui qui, malgré de nombreux obstacles maintiendra hors Paris, à Marseille, une fédération nationale de ce calibre.

À juste titre, il deviendra Directeur Général de la FFESSM en 1993.

Francis IMBERT, Président de la FFESSM, dira de lui :

« Sur le plan de l'athlète, du dirigeant ou du professionnel, il présente les échelons d"une vie consacrée aux Sports, à la Mer et à l'Outre-Mer. Il développe à l'étranger les connaissances et l'expérience de la France dans le monde sous marin… »

Que dire de plus de ce pionnier de la Plongée de Loisirs, qui a donné sa vie à une passion débordante, qu’il s’attachait surtout à nous faire partager.

En 1997, il pose son sac de plongée sur le quai Rive Neuve, devant la « Fédé » et prend une retraite largement méritée.

Actuellement, ses mérites reconnus par tous, lui ont ouvert les portes de nombreuses associations où, son altruisme continue à l’apport d’une aide efficace et jamais refusée.

Il est entre autres, vice-président de l’Association du Musée de la plongée à Sanary, dédié à Frédéric DUMAS, un autre pionnier qui fut son grand ami.

 Védrines blog 

 

André Védrines est : 

  • Officier des Palmes Académiques

  • Commandeur dans l’Ordre du Mérite Maritime

  • Médailles d’Honneur, d’Argent, d’Or de la Jeunesse et des Sports

  • Médaille d’Or de la FFESSM

  • Médaille d’Or du Mérite Sportif de la République de Tunisie

  • Étoile d’Argent de la Fédération Espagnole des Activités Subaquatiques

  • Médaille d’Or de la CMAS

  • Officier dans l’Ordre National du Mérite

  • Chevalier de la Légion d’honneur

Citation du 24 ème corps d’Armée / 3ème Régiment de Tirailleurs Sénégalais :

« Entraîneur et soigneur excellent. »

Repost 0
Published by lettre-musee-dumas.over-blog.com - dans Les pionniers
commenter cet article
15 juin 2010 2 15 /06 /juin /2010 18:32

 

Le centenaire de la naissance du Cdt Jacques Yves COUSTEAU.

Jacques Yves Cousteau restera une figure incontournable, associée à jamais à l'histoire de la plongée. C'est pour cela que Sanary, Cité Historique de la Plongée sous marine, à été l'organisatrice d'un vibrant hommage pour l'anniversaire d'un siècle, de sa naissance.1.Cousteau Blg

Le commandant Cousteau avait fait l'acquisition d'une résidence à Sanary après-guerre. Mais la région proche ne lui était déjà pas inconnue. Effectivement, c'est en 1942 qu'il tourna son premier film sous-marin "Par dix huit mètres de fond" au Brusc et aux Embiez avec ses amis Philippe Taillez et Frédéric Dumas. Aujourd'hui ces Mousquemers sont à jamais associés à l'histoire de Sanary grâce au musée Frédéric Dumas.

Pour ce devoir de mémoire marquant le centenaire de la naissance du commandant Cousteau, Ferdinand Bernhard, Maire de Sanary, Conseiller Général, et les élus furent accueillis à bord du bâtiment de la Marine Nationale Pluton par le commandant Battet, capitaine de corvette.

 Pluton Blg

Cette cérémonie officielle fut organisée par le commandant en second Salmon, enseigne de vaisseau. Didier George, président de Submareum et ancien officier de marine, rappela l'aventure vécue par l'homme au bonnet rouge et tout ce qu'il apporta à la plongée et à la connaissance du monde sous marin.

Le maire lança ensuite une gerbe à la mer avant de regagner le port aux commandes du nouveau Zodiac de la capitainerie.

Le matin, Serge Sourd et Christian Bénet, de l'association des Pointus de Sanary, avaient emmené une centaine de personnes sur le Pluton. Dix voyages pour des visites d'une demi-heure. Une classe de 5e du collège de la Guicharde a pu aussi visiter ce bâtiment-base du groupe des plongeurs démineurs, un navire imposant qui a la capacité d'accueillir jusqu'à 12 plongeurs pouvant atteindre les 80 mètres de fond.

Ensuite et pour plusieurs semaines, pendant le mois de Juin la commune de Sanary plonge dans une histoire qu'elle connait bien celle de « L'homme sous la mer ».

cousteau merFerdinand BlgSamedi à 18h et dimanche à 11h, les anciens de la Calypso s’arrêteront à l’Espace Saint Nazaire pour des conférences des « Bonnets rouges, une vie au service de la mer » et autour de « 40 ans de à bord de ce navire mythique».

D'autres manifestations sont au programme :

  • Vendredi 18 juin: Conférence avec René Heuzey, caméraman du film "Océan" de Jacques Perrin et Jacques Cluzaud.

  • Samedi 26 juin : « La vie d’un scaphandrier » par Gaby Di Domenico et Pierre Passot

Les expositions à l'Espace Saint Nazaire :

Mille mètres carrés sont dédiés à la découverte de l’histoire de la plongée, de la préhistoire jusqu’à l’aventure de la plongée autonome. Une exposition pédagogique, enrichie de pièces très rares, sont dévoilées au public pour la première fois.

Un large panel de collections rares présente surtout des scaphandres autonomes, des pieds lourds  avec le casque en cuivre, du matériel pour la plongée autonome (de 1930 à 1960), ainsi que des documents relatant l’aventure des  Mousquemers,  Jacques Yves Cousteau, Frédéric Dumas, et Philippe Tailliez .

Le lendemain , samedi Jean Michel COUSTEAU, notre Président d'honneur retrouvait avec un vif plaisirJMC Blg ses amis sur le port de Sanary.

 

Ainsi que le soulignait  Daniel Alsters, notre dynamique Président :

"C'est une belle réussite pour Sanary et le Musée Frédéric DUMAS."



 

D'après le texte et les photographies de Damien Doignot sur le site www.six-fours.net.

Repost 0
Published by lettre-musee-dumas.over-blog.com - dans Actions du Musée
commenter cet article
14 juin 2010 1 14 /06 /juin /2010 13:47

 

Le masque de Frédéric DUMAS qu’il avait baptisé « le Pneu-Goggle ». Pneu Goggle Blg

Ne connaissant pas la parfaite définition du mot Goggle et son adaptation sur le masque de Frédéric DUMAS, j’ai préféré m’adresser, à mon ami, Pierre Yves Le Bigot dit PYLB. Rappelons qu’il fut un membre fondateur incontournable du musée Frédéric DUMAS qui lors de sa naissance possédait une collection fort modeste. PYLB nous offrit la sienne, très abondante qui assura avec succès nos présentations pendant plusieurs années.

Il assura ensuite la Présidence du musée lors d’une époque où y furent réalisée les plus importantes manifestations.

J’ajoute qu’il est toujours l’un des rares historiens français sérieux dans le domaine de la Plongée sous marine.

Il est donc l’auteur le plus justifié de ce chapitre et des lignes qui vont suivre.


 

Le « Pneu Goggle » de Frédéric DUMAS.

Seul Frédéric à ma connaissance utilisait cette expression.

Avant lui les chasseurs de la Côte d’Azur utilisaient sous des lunettes (dites polynésiennes si elles étaient « artisanales » ou dîtes Fernez du nom de leur fabricant), soit des « mono-goggle » (j’ai omis le S du pluriel à dessein – au singulier on dit Mono-goggle).

Les premiers mono-goggles utilisés en plongée étaient de vrais masques de protection des yeux et uniquement des yeux. Le nez étant laissé sans protection au contact de l’eau.

Le mono-goggle était constitué d’une vitre frontale, d’une pièce rigide (généralement en bois) destinée à emprisonner un certain volume d’air, et d’un joint réalisant l’étanchéité entre le visage et le volume d’air. Le mono-goggle était maintenu en place sur le visage grâce à une ou plusieurs sangles.

Le problème majeur de ce type de masque était l’impossibilité de compenser l’écrasement de l’air lors des immersions du plongeur. Ostensiblement, la pression ambiante augmentant avec la profondeur, le volume d’air contenu dans le masque tend à se comprimer. Les deux effets combinés aboutissant à plaquer de façon douloureuse le masque sur le visage. Le mono-goggle étant principalement réalisé en matériaux rigides (bois, verre) il ne se déformait pas et poinçonnait littéralement le visage de celui qui le portait.

Pour palier ce problème des plongeurs astucieux et dotés d’un manque complet du sens du ridicule, adjoignirent une ou deux poires à lavement en caoutchouc au monogoggle. La partie en bois était percée de part en part (un orifice aboutissait dans le volume intérieur du masque, l’autre aboutissait dans la poire à lavement). Sous l’effet de la pression, l’air contenu dans la poire était comprimé maintenant l’air contenu à l’intérieur du masque à la même pression que celle régnant à l’extérieur du masque. Le plongeur ne subissant plus le désagrément du poinçonnage et accessoirement pouvait accéder à des profondeurs plus importantes.

Un peu avant la seconde guerre mondiale apparurent des mono-goggles non plus en bois mais en caoutchouc. Parallèlement un niçois, Maxime Forjot, eu l’idée de placer le nez dans le mono-goggle et de supprimer les poires de compensation. Ainsi naquit « l’œil marin ». Régulièrement breveté, l’œil marin ne fit MasqDumas Blgnéanmoins pas la fortune de son inventeur. En effet dans la définition de son invention l’inventeur avait mentionné comme partie intégrante de son masque, un tube respiratoire articulé passant en plein milieu de la vitre frontale. Funeste erreur ! D’autres (dont un certain DUBOIS à Sanary-sur-mer) déposèrent des brevets de masques en tout point identiques à celui de Maxime Forjot exception faite du tube respiratoire. Le masque de plongée moderne était né….

Frédéric DUMAS a commencé à chasser avec un Mono-goggle, mais il était bridé dans ses incursions par les inconvénients précédemment décrits. Didi devait être au courant de l’existence de l’œil marin car son « pneu goggle » était une déclinaison artisanale de celui-ci.

Si Forjot avait fait réaliser son masque de façon semi-industrielle (réalisation d’un moule pour la partie en caoutchouc du masque), DUMAS n’avait que le système D pour réaliser le sien. Système D qu’il maîtrisait d’ailleurs parfaitement comme ses autres réalisations (fusils sous-marins – ceintures de lest, etc.).

Il découpa un disque de verre pour réaliser le hublot central, prit une chambre à air (DUNLOP pour la petite histoire) et réalisa en une seule pièce la jupe et la sangle du masque. Il utilisa une baguette de cuivre (matériau malléable, pouvant être aisément déformé) pour réaliser à la fois la fixation de la vitre sur la chambre à air et son étanchéité. Le « pneu goggle » était à la fois d’une simplicité et d’une efficacité remarquables.

Dans l’immédiat après guerre, Didi eut rapidement accès aux masques SQUALE vendus par la société éponyme sise à Sanary, ville où lui et COUSTEAU résidaient et délaissa son, pneu goggle.

Frédéric porte le « pneu goggle » à la fois dans « par dix-huit mètres de fond » et dans « Épaves » les deux premiers films sous-marins réalisés par le Commandant COUSTEAU.


 

Pierre Yves Le Bigot

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by lettre-musee-dumas.over-blog.com - dans Histoire des pièces des collections
commenter cet article
10 juin 2010 4 10 /06 /juin /2010 14:35

 

" Le Mistral Détendeur de légende" Louis AUGUSTO blog

 

C'est le titre de l'ouvrage que chaque membre, ou nouvel adhérent, de l'association du Musée Dumas, va recevoir, gratuitement, lors du règlement de sa cotisation 2010 de 20 €.

Qu'en est-il de ce livre ?

Il à été écrit par Louis Augusto, image de droite, un plongeur de nos amis qui en a rédigé le manuscrit et surtout trouvé ce titre judicieux.

Il a aussi obtenu la participation de Bebert Falco que l'on voit ici, sur la page de couverture.

 Mistral couv blog

L'histoire :

C'est en avril 1955, que la Spirotechnique, une filiale de la société Air Liquide, vient de rendre public, son dernier-né en matière de détendeurs, le « Mistral ». Très vite, il rencontre un franc succès en France, mais aussi à l’étranger. Plusieurs milliers d’exemplaires sont ainsi vendus de par le monde. De nombreux experts internationaux n'hésiteront pas à déclarer qu'il s'agit là du meilleur détendeur existant, « ...le meilleur du monde ».

Pour cette époque, le détendeur Mistral, succédant au pionnier CG 45 va offrir un confort respiratoire très élevé. Robuste, fiable, il vivra longtemps, avant d'être supplanté par un autre modèle. Au cours de son existence, il sera accompagné d'un grand frère, le Royal Mistral, fruit du travail, de l'esprit inventif et dynamique de l'Ingénieur de la Spiro Raymond Deloire, à gauche, que l'on voit avec Louis, à droite.

Il vient de nous conter, dans la joie d'un repas de vieux plongeurs, dont j'étais, la Saga des Mistral.Deloire Louis blog

De nombreux pionniers, et pas des moindres, ont raconté à Louis l'usage qu'ils en ont fait. C'est qui va apparaître, sous forme de chroniques racontées par ces célèbres personages tout au long des pages.

Le musée avait pensé en 2006 qu'il fallait, avec la cotisation distribuer une part de l'Histoire de la Plongée. Ce qui fut fait avec le livre sur "l'Histoire du Musée Dumas".

En 2010, nous devions continuer, et...faire mieux. Ce qui nous a fait choisir l'ouvrage de Louis Augusto.

Membre bienfaiteur du Musée, il a fait plus en décidant que tous les droits d'auteurs nous reviendraient. Mais malgré cela, notre association était pauvre, Alors, Mr Gérard Chevassut, l'éditeur des Presses du Midi à Toulon, qui le publie, accepta de nous le livrer dans des conditions plus que généreuses, tant pour son prix, que pour les délais de paiement.

Alors soyez les bienvenus au Musée Dumas, vous en repartirez avec des pages d'histoire passionnantes.

 

 

 

Repost 0
Published by lettre-musee-dumas.over-blog.com - dans livres et parutions
commenter cet article
10 juin 2010 4 10 /06 /juin /2010 13:51

 

L’Art Bleu revient à la Maison Flotte du 9 au 18 MARS 2010

affiche ART bleuLe vernissage le lundi soir a attiré un public nombreux, qui a pu apprécier les photographies, les objets de collection ou encore les peintures dédiées au monde sous-marin. Cette exposition a été organisée par le musée Frédéric Dumas.

Cette manifestation était placée sous le signe de la bonne humeur. Odile Rabellino, présidente de la Maison de la Poésie à Toulon avait écrit pour l’occasion deux poèmes, « Idylle sous marine » et « Prière du plongeur ». Ferdinand Bernhard raconta non sans humour l’histoire des photos présentées par Alain Laub. Il félicita également l’équipe du musée pour cette exposition : « Il y a de très belles choses, assez surprenantes et inattendues ».

Daniel Alsters, président de l’association, insista sur le côté artistique de cette exposition et précisa : « le souhait de notre équipe est la pérennisation de cette manifestation crée par les fondateurs du musée. Dont le Président Pierre Yves Le Bigot qui lui donna ce nom pour faire connaître un Salon des Arts appliqués du monde sous marin" vitrine art bleu blog  De nombreux élus et visiteurs étaient venus rencontrer les artistes. Parmi eux Robert Pollio, qui fit partie de l’équipe de la Calypso de 1975 à 1976, et plongea avec Frédéric Dumas en Grèce : « Didi avait une aisance dans l’eau incroyable. Tous les anciens de la Calypso sont restés en contact, nous sommes une grande famille ».

flotte 1Daniel Alsters salua sa présence et rendit hommage à la municipalité : « il me paraît primordial de souligner le soutien du docteur Ferdinand Bernhard et la municipalité sans qui le musée et l’art bleu ne pourraient exister. » L’équipe du musée Dumas s’est ainsi démenée pour organiser une exposition de haute tenue, qui devait ravir initiés ou néophytes.
Au rez-de-chaussée, on retrouve du matériel issu des collections du musée, une reconstitution de prises de vue sous marines, réalisée par Marcel Martin. Ainsi que des livres de collection liés au monde sous-marin. Certaines pièces sont inédites, comme un « caisson flash », créé par Henri Portail pour Cousteau. (Voir ci dessous...)appareil portail
  

Des sculptures en bois flotté de Serge Segni sont aussi de la partie ainsi que des tableaux de Dorothée Clauzel.

 On pourra apprécier l’originalité des peintures sur cagettes de Raphaël Bravo : « Je réalise de la peinture figurative sur ce support, pour des raisons économiques et j’aime recycler le matériel. J’utilise également des palettes de transport ».(voir ci dessous)

 poissons bravo

 

 

 

 

 

 Au niveau du recyclage, on pourra noter l’originalité des encadrements d’Alain Laub au premier étage : « J’ai récupéré des bois flottés échoués sur la plage en Camargue, et j’ai ajouté du raphia ». Ses photos ne manquent pas de charme, et surtout il raconte avec passion le contexte de ses prises de vue. (voir ci dessousphotos Laub 

Le premier étage abrite des photos de haute tenue du marseillais Ludovic Savariello. Il obtint une palme de bronze, décernée par l’association des journalistes plongeurs pour un reportage en Nouvelle Calédonie intitulée « le tour du Caillou ».(voir ci dessous) 

 

Enfin on pourra apprécier la qualité des photographies d’Yvan Chocoloff. Ce montpelliérain a vu ses photos publiées dans toute la presse de la plongée sous marine. Il a également filmé pour des chaînes télévisées et son travail pourrait être résumé dans cette phrase : « Les gens racontent des histoires pour créer des images, moi je fais des images pour que les gens se racontent des histoires ».

D'après le texte de Damien Doignot  sur www.six-fours.net

 

Vous allez pouvoir maintenant, lire ici les deux poèmes d'Odile Rabellino

 

IDYLLE SOUS- MARINE

Tous les plongeurs, un jour,

Ont rêvé de cette union :

Communier avec la mer turquoise…

Sous l’ onde des lieux originels

Au sein de golfes mystérieux

Des sirènes les attendent…

Leurs chants mélodieux

Attirent les explorateurs

Vers des profondeurs infinies…

Leurs lèvres ont connu l’ivresse des lagons bleus

savariello blog 

PRIERE DU PLONGEUR…

Oh ! mer consolatrice

 ! Merveilleuse méditerranée

Aux reflets changeants

Prends soin de tes visiteurs

Ces hommes poissons que l’on nomme plongeurs

Bercés par tes flots,

Avec un grand bonheur

Accueillis par des fonds abyssaux

Parmi les coraux

Gît leurs chagrins abandonnés !

 

J’entends en échos les longs soupirs de l’onde

Mêlés aux chants du vent, tes flots maternels

M’emmènent vers des gouffres éternels

Et je vibre en toi, vivant joyau du monde

 

Odeline

Rabellino / Buchbach

LE 7 MARS 2010

 

 



 

 

 

 

Repost 0
Published by lettre-musee-dumas.over-blog.com - dans Actions du Musée
commenter cet article
10 juin 2010 4 10 /06 /juin /2010 11:08

 

L'Assemblée générale du 23 Janvier 2010

affiche AG BlgL’assemblée générale annuelle de l’association du Musée Frédéric DUMAS s’est tenue le 23 janvier 2010 à l’auditorium de la médiathèque de SANARY SUR MER.

Le Président ouvre la séance et remercie les membres présents qui montrent ainsi leur attachement au Musée. En particulier, Monsieur Louis AUGUSTO qui à fait don des droits d'auteur de son livre "Le MISTRAL détendeur de Légende" au Musée. Il remercie la mairie de SANARY SUR MER pour son soutien constant au Musée. Il explique ensuite que le terme « renaissance » employé pour la convocation de cette assemblée générale signifie que prenant en compte l’héritage du passé, l’association veut relancer son action en se tournant résolument vers l’avenir pour faire du musée la vitrine de "SANARY, cité historique de la plongée sous-marine" mise en valeur par les MOUSQUEMERS, dont Frédéric DUMAS.

 

 

RAPPORT MORAL 2009.

En 2009, l’Association a connu une situation difficile. Un conseil extraordinaire s’est réuni le 3 juillet qui a procédé à l’élection d’un bureau provisoire, qui s’est alors mis au travail pour constituer une équipe de direction et renouer des liens avec la mairie. La première tache a été d’organiser une Assemblée Générale qui s’est tenue le 30 octobre 2009.

Il a ensuite été procédé au déménagement des réserves qui ont été placées dans l’ancienne école des Picotières. Elles ont été triées et disposées de façon à pouvoir en faire un inventaire exhaustif. Hervé MONJOIN présente les photos d’un certain nombre de pièces. Il précise qu’il importe de pouvoir classer ces pièces en fonction de leur intérêt et d’en assurer la conservation.

Charles HOURCAU a alors présenté les activités du groupe archéologie.

Le président rend compte de ses démarches pour l’octroi d’une subvention de fonctionnement pour l’année 2010. Il rappelle que cette subvention est nécessaire, les seules autres ressources étant les cotisations des membres et les dons.

Le Conseil d’Administration s’est attaché à faire de l’Assemblée Générale de janvier 2010, une manifestation de renaissance de l’association.

L’Assemblée Générale, à l’unanimité a approuvé le rapport moral présenté par le Président.

 AG Blg

RAPPORT FINANCIER.

Le Vice Président et trésorier a présenté le rapport financier joint en annexe. Ces rapports ont fait l’objet d’un contrôle par Monsieur Christian GAZEL.

L’Assemblée Générale approuve à l’unanimité le rapport financier présenté par le Vice Président et Trésorier et contrôlé par le vérificateur. Elle donne quitus au Conseil d’Administration de sa gestion pour l’année 2009.

COTISATION 2010.

A l’unanimité, le montant de la cotisation 2010 reste inchangé donc fixé à 20 €.

ACTIVITES 2010.

Le Président propose à l’Assemblée Générale le programme de l’acticité 2010 ; Il précise que ce programme a été établi en tenant compte d’une reprise d’activité et en se limitant à des actions raisonnables, prenant en compte le fait que les subventions n’ont pas été accordées.

Le programme 2010 s’établit comme suit :

  • AG du 23 janvier avec conférence de Monsieur Albert FALCO

  • ART BLEU, salle Flotte, du 5 au 18 mars 2010, la responsabilité de l’organisation étant donnée à Hervé MONJOIN

  • Participation aux journées du patrimoine

  • Forum des Associations.

Le Président propose alors le budget 2010, joint en annexe.

L’Assemblée Générale, à l’unanimité adopte le programme 2010 et son budget tels que présentés par le Président.

RENOUVELLEMENT DU CONSEIL D’ADMINISTRATION :

Le Président rappelle que l’AGE du 30 octobre avait retenu le principe de la démission de l’ensemble du Conseil d’Administration provisoire. il importe de renouveler celui-ci.

Le Président fait l’appel des candidatures, pour les 12 postes ouverts conformément aux statuts. Il est alors procédé au vote par l’Assemblée Générale.

A la suite de ce vote le Conseil d’Administration élu est composé comme suit :

  • Daniel ALSTERS PrésidentCA élu blog

  • Didier George vice Président Trésorier

  • Hervé MONJOIN secrétaire

  • Guy LEROUX

  • Gérard LORIDON

  • Charles HOURCAU

  • Baudouin VARENNES

  • KOSKAS

  • André VEDRINES

  • Claude MALONIE

  • Pierre PASSOT

  • BOY.

L’ordre du jour ayant été épuisé, le Président remercie les membres de l’Assemblée Générale et clôt la séance.

Maintenant, notre ami Bébert FALCO, qui honore de sa présence notre réunion, va nous dire son attachement à Frédéric Dumas qu'il a si bien connu à bord de la Calypso.

 Bébert Blg

Il va ensuite nous relater ses aventures alors qu'il était d'abord plongeur pour finir Commandant de ce navire mythique.

L'auditorium de la média-thèque où nous sommes réunis est complet avec au moins 120 personnes qui écoutent ce grand pionnier.

Notre nouveau Président, Daniel Alsters me dira par la suite que ce nouveau départ est un véritable succès. Il s'attachera d'ailleurs à en assurer la continuité comme on va le voir dans les pages suivantes.

 

Bébert calypso Blg 

La fin de cette AG va se passer dans la salle Maurice Fargues où nous attend un buffet campagnard mis en place, comme dans la Marine, par une équipe du Musée.

La présentation en sera finalisé par Guy Leroux.

Monsieur le Dr.Ferdinand BERNHARD, Conseiller général, Maire de sanary, qui à toujours apporter une aide efficace le Musée Dumas, nous dira son plaisir d'être des nôtres, et nous assurera de la continuité de son soutien.

 

 

 AG Maire Blg

Repost 0
Published by lettre-musee-dumas.over-blog.com - dans Vie du Musée
commenter cet article
7 juin 2010 1 07 /06 /juin /2010 17:10

 

l'Édito du Président Daniel ALSTERS sur le Retour du Musée Dumas

 

PrésidentNotre association a vécu des moments difficiles ces deux dernières années.

Nous ne reviendrons pas sur cette période.

Par contre il faut savoir qu’en Juillet 2009, alors que nous étions au creux de la vague une équipe nouvelle à décidée que nous allions refaire surface.

Ce qui vient d’être fait avec notre assemblée générale du samedi 23 janvier

Un nouveau conseil d’administration vient d’être mis en place avec :

  • Daniel ALSTERS Président

  • Didier GEORGE Vice Président Trésorier

  • Hervé MONJOIN secrétaire

  • et neuf autres membres très actifs

Plusieurs projets sérieux ont été évoqués dont :

  • La mise en valeur du patrimoine  dans l’esprit de proposer une exposition permanente de la salle Maurice Fargues,

  • Des expositions semi permanente dans des lieux de passages, des événements locaux.

  • Notre présence, pour cette année, sur des  stands parapluies, en juin pendant le mois de la mer, en septembre pendant les journées du Patrimoine, et enfin au forum des associations. L’idée étant de réaffirmer la présence incontournable de Sanary, cité historique de la Plongée sous marine, dans l’histoire des Mousquemers.

Dans l’immédiat, début mars, l’Art bleu, la manifestation annuelle de notre association devrait se dérouler en mars à la Maison Flotte.

Aussi pour que notre assemblée générale accueille nos anciens et nos nouveaux adhérents, il nous fallait en deuxième partie un invité prestigieux.

Nous avons eu une réponse plus qu’amicale d’Albert Falco, ancien capitaine de La Calypso,

Plus de 100 personnes s’étaient déplacées pour rencontrer cette légende de la plongée.

La soirée fut pleinement réussi avec de nombreuses personnes, toutes émues de pouvoir discuter avec Albert Falco, qui dispensa un vibrant hommage à son ami Frédéric Dumas. Bien qu’intervenant en toute simplicité, il fut passionnant, pour un public qui ne l’était pas moins.

Fous de mer et de plongée, membres historiques du musée, élus, personnalités représentant de nombreuses associations, ainsi que la fille de Frédéric Dumas étaient présents dans la salle. Albert Falco nous dit avoir accepté avec un grand plaisir cette invitation.

Il nous parlera avec émotion de son amitié avec Frédéric Dumas dont les conseils furent très précieux, pour lui et Jean Michel Cousteau, notre Président d’Honneur qui nous en avait, lui aussi, largement parlé.  Très ému il nous dira sa chance d’avoir connu et côtoyé pendant de nombreuses années ce pionnier d’aussi près. Il nous relatera ses aventures sur La Calypso comme la réunion de passionnés, et des liens très forts qui les unissaient.

Pour en terminer, tous se sont retrouvés, autour d'un buffet campagnard convivial, salle Maurice Fargues. Ferdinand Bernhard, notre maire, qui nous honorait de sa présence, nous à précisé précise que « c’était très bien que le musée redémarre. Qu’il y avait là, un rêve, un projet, et de la place pour tous ceux qui y croient ».

Ce retour du Musée, s’est traduit par de nouvelles adhésions,

Il faut savoir que pour 20 euros, montant de la cotisation annuelle, les membres actuels et nouveaux adhérents sont repartis avec le livre de Louis Augusto « Mistral, Détendeur de légende »

Actuellement le musée compte 80 adhérents, mais la nouvelle équipe entend redynamiser le musée et voir de nouveaux membres participer à sa renaissance que l’on veut vivante.

Bref, les bonnes volontés, les sponsors, les dons, espèces ou matériels, sont les bienvenus.

 

 

Repost 0
Published by lettre-musee-dumas.over-blog.com - dans Vie du Musée
commenter cet article
7 juin 2010 1 07 /06 /juin /2010 17:03

 

La lettre du Musée DUMAS sur un Blog ? Pourquoi pas ?

 

prés Lettre blogPourquoi notre lettre va t-elle paraître maintenant sur un blog ?

Comme vous allez le découvrir, dans les pages suivantes, l'association du Musée Dumas vient de remettre le train sur les rails après quelques années de brumes et de silence.

Nombre de mes amis, membres fondateurs entres autres, me demandaient "...Que devient le Musée, nous n'avons plus de nouvelles, où en est la Lettre du Musée..."

Et bien, c'est reparti, vous allez voir comment, et avec qui, plus loin.

Quand à La Lettre que j'avais créée avec le premier conseil d'administration en 1995, il allait bien falloir la faire reparaître comme prévu, c'est à dire au moins trois fois par an.

Seul obstacle, le dynamisme de notre nouvelle équipe qui, ouvrant la boite de Pandore, se trouve débordée par les activités qu'elle vient de déclencher.

Nous avons un secrétaire, l'ami Hervé Monjoin, mais il ne possède pas des bras multiples telles certaines déesses orientales. Il doit gérér un secrétariat important, retrouver les archives, le matériel, organiser, prévoir, bref être mis à toutes les sauces, par Daniel, un Président réactif, toujours sur le pont, en fait, qui se pose un peu là.

Alors, comme je suis quand même membre du CA, venant de découvrir par ailleurs comment fonctionne un blog, je me suis mis en tête d'en faire un pour cette lettre.

Au début, lors de la sortie de sa première parution, nous avions rejeté la voie informatique, peu d'adhérents possédant un ordinateur. Mais c'était il y a 15 ans, et depuis presque tous s'y sont mis.

J'ai proposé néanmoins qu'une lettre, de belle tenue, soit éditée une fois par an. Le CA en décidera.

Pour mon compte, je n'ai plus qu'à my mettre...

 

Gérard Loridon, fondateur du Musée en Novembre 1994.

Repost 0
Published by lettre-musee-dumas.over-blog.com - dans Vie du Musée
commenter cet article

Musée Frédéric Dumas

  • : Le blog de histoire-plongée.over-blog.com
  • Le blog de histoire-plongée.over-blog.com
  • : Édition et publication de "La Lettre de l'Association du Musée Frédéric DUMAS"
  • Contact

Profil

  • Le lettre du Musée Dumas
  • Cette Lettre du Musée Frédéric DUMAS prend la suite de celle éditée, la première fois, imprimée, en 1995.
Elle va vous tenir au courant des activités de notre association.
  • Cette Lettre du Musée Frédéric DUMAS prend la suite de celle éditée, la première fois, imprimée, en 1995. Elle va vous tenir au courant des activités de notre association.

Recherche